Musée Eugène Boudin, Honfleur


Dans l'intimité d'Eugène Boudin


Le musée Eugène Boudin consacre une exposition à son enfant doué, né à Honfleur en 1824. Eugène Boudin fut un homme ancré dans son temps. Il eut tout au long de sa vie de nombreux amis, artistes, collectionneurs, amateurs, marchands…

Depuis les années havraises, lorsqu'il décide de se consacrer à la peinture, Boudin trouve sur son chemin des personnalités artistiques qui l'encouragent et le soutiennent même si leur art ne correspond pas totalement au sien. Leur amitié le guide et ils reconnaissent le talent de Boudin et sa détermination. Des artistes aussi différents que J.J. Millet, Thomas Couture, Constant Troyon, Camille Corot, Gustave Courbet, Charles Baudelaire, Claude Monet, Pierre Puvis de Chavannes ont admiré sa sensibilité pour traduire le paysage et ses effets atmosphériques, sa naïveté et sa profondeur dans l'approche de la peinture pour traduire l'impression première sur le motif.

Boudin eut la chance d'avoir deux biographes, Gustave Cahen, son ami et son exécuteur testamentaire et G. Jean-Aubry, musicien et proche des milieux intellectuels du Havre. Ils ont tous les deux fourni les renseignements essentiels sur cet homme en publiant des extraits de ses lettres qui nous font entrevoir la personnalité de l'artiste, dans son intimité. Car au-delà des oeuvres, les lettres affinent la lecture que l'amateur peut avoir de l'artiste. Destinées à la famille, à des amis chers, elles lèvent le voile sur la vie quotidienne, les tracas, le commerce de l'art, les rencontres, les joies et les peines qu'une production artistique n'explique pas toujours.

C'est pour approfondir la connaissance de cet artiste attachant que le musée Eugène Boudin, avec le soutien de la Société et des amis du musée, a publié le 1 tome de la correspondance de Boudin avec Ferdinand Martin, son ami, son confident. Fort de ce travail, le musée a souhaité aller plus loin et utiliser cette correspondance afin de présenter une approche sensible qui n’a encore jamais été proposée pour Eugène Boudin. Adolphe Couveley et Henri Cassinelli au Havre à Alexandre Dubourg, Gustave Hamelin, Claude Monet et Johan-Barthold Jongkind, Adolphe-Félix Cals ou Adolphe Marais à Honfleur sans oublier Constant Troyon, Camille Corot, Antoine Vollon, Théodule Ribot, Amand-Gautier : ces noms reviennent sans cesse dans les lettres de Boudin. En complément de son fonds propre, le musée a emprunté des oeuvres majeures de ces artistes auprès des musées et collectionneurs français et européens ; comparer leurs oeuvres à celles de Boudin c'est mieux comprendre l'inspiration et l'influence de l'artiste. Les lettres permettent également d'approcher l'artiste dans sa vie de famille. Les auteurs ont souvent mis l'accent sur les importants besoins financiers de Claude Monet, responsable d'une grande famille. Boudin fut lui aussi le soutien moral et matériel de ses parents, de ses frères et de ses neveux.

Le musée municipal Eugène Boudin a acquis depuis plus de 30 années, grâce à l'aide de la Société des amis du musée et du Fonds régional d'acquisition des musées, de nombreuses oeuvres permettant d'évoquer ce que fut la peinture à Honfleur à l'époque d'Eugène Boudin.

L’ensemble des 80 oeuvres de ces artistes présentées aux côtés de celles de Boudin témoigne ainsi de cette richesse et de cette diversité et aide à mieux comprendre l'inspiration et l'influence de l'artiste.

Les rapports artistiques entre Eugène Boudin et ses contemporains sont évoqués au travers de thèmes dans lesquels les oeuvres peuvent dialoguer. Parmi eux, la nature morte, le portrait, le paysage, les marines, les plages, la peinture animalière...