Galerie Binôme, Paris

Exposition du 15 mai 2012 au 16 juin 2012


Lisa Sartorio, Décora©tif


La Galerie Binôme présente les travaux des cinq dernières années de l’artiste, qui attestent d’un don pour jouer de l’image fixe afin d’engendrer de nouvelles formes photographiques. Venue de la sculpture et de la performance, Lisa Sartorio conçoit ses images non pas seulement comme des surfaces à regarder, mais commes des espaces de traversée.

Parmi ces dernières performances et installations remarquées, Putain je t’aime présentée au Palais de Tokyo et à Elles@Centre Pompidou à Paris. Influencés par sa formation de plasticienne, ses travaux photographiques questionnent l’espace entre deux lieux, deux êtres, deux arts... Somme d’espaces du milieu ou d’interstices, ces images chevauchent les genres, entre photographie et cinéma, photographie et dessin, photographie et objet. Attachée à la narration, Lisa Sartorio cherche par ces extensions du champ photographique à dépasser l’instant pour raconter des moments. Ainsi, la série des Suspensions emprunte à l’évidence au cinéma, sa mise en scène des personnages, le mouvement de la caméra et le travail de montage. La série Décora©tif, réalisée en 2012, donne son titre à l’exposition. Ici, la frontière entre fiction et réalité est encore plus tangente. La perception première d’une banale scène d’intérieur est fugace et l’oeil sent rapidement que cette représentation du quotidien dérape. De fait, ces tableaux photographiques orchestrent un décalage entre le jeu de protagonistes que l’artiste dirige, et les intérieurs à vendre d’un magasin de cuisine et d’ameublement. Le contraste est saisissant entre les aspérités physiques des personnages et l’aspect lisse des lieux. Le mystère, la poésie, la folie, qui font les choses de la vie, ne se dégagent pas des meubles laqués, mais bien de ces êtres dont le regard songeur, ou la posture décalée, s’imposent finalement à ces espaces muets.